EVOCATION DE SPECTATEUR
CONFIDENCES ...

Au début, j'étais sceptique. Je ne concevais pas l'art sans savoir.
Rien n'était possible sans souffrir les longues heures d'apprentissage ...
Comment d'un coup avait-on l'audace de se prendre pour un peintre ?
Comment pouvait-on sans crainte couvrir la toile, support magique
à mes yeux, sans se soucier des enseignements de ceux-là même
qui avaient mis dans de temps et de labeur à nous ouvrir les yeux ? INSENSE
INSENSE mais en même temps OSE !
Ambitieux, grondais-je en secret ...
Qu'est ce que tu peux bien
avoir en toi qui te
permette le geste de ceux que
j'admire tant ?

Cela dit, je crois pouvoir dire
que je suis éprise de tolérance
et puis s'il s'agit
peinture, me voilà d'une
générosité incommensurable.
Alors ...
 
  ... j'ai regardé, je me suis tu
parfois, j'ai approuvé,
j'ai commenté d'autres fois,
j'ai râlé aussi ... mais surtout
j'ai été étonnée,
j'ai aimé, pas tout, mais
J'AI AIME.
 
Certes le "peut mieux faire"
fut et reste récurrent mais
qui sait ...
n'est-il pas un tout petit peu,
ce "tout petit peu"
nécessaire à l'envie,
à l'énergie qui invite
à voir toujours au delà ?
   
Suivant